Lettre API : Cottos accélère son développement

Cet article de Maureen LE MAO est paru le 17 janvier dans la lettre API Bretagne Pays de la Loire

 

Cottos Médical voit, en ce début d’année 2018, ses démarches commerciales se concrétiser. La PME d’Avrillé est spécialisée dans la conception de dispositifs de réalité virtuelle pour le “bien-vieillir“. Elle a lancé au printemps 2017 le Cycléo : un vélo d’appartement adapté aux personnes âgées leur permettant d’avoir une activité physique au travers de balades virtuelles. Connecté, le dispositif est doté de capteurs qui étudient l’évolution des performances cognitives de son utilisateur. La balade virtuelle s’ajuste selon sa fatigue, son état de santé ou ses performances. Cycléo est fabriqué et assemblé en Pays de la Loire.

 

LE MODÈLE ÉCO

Cottos Médical cible les Ehpad, d’abord en France. « En 2017, nous avons livré 13 établissements. Et nous venons de signer la vente de 20 vélos à d’autres d’Ehpad. Certains en acquièrent plusieurs », se félicite Benjamin Cosse, co-fondateur de Cottos Médical en septembre 2016 avec quatre associés, dont Michel Porhel, à l’initiative de l’idée du vélo en 2010. Une trentaine de Cycléo devraient être livrés à la fin du premier semestre 2018. La startup fonde son modèle économique sur la vente du vélo, couplée à une offre de services ou à sa location sur 36 mois. « Pour faciliter nos démarches, nous avons aussi mis en place une offre d’essai payante de trois mois. »

 

CROWDLENDING

Afin d’accélérer son développement commercial, la startup vient de lancer une campagne de crowdlending sur la plateforme Options. Cottos Médical souhaite y lever 75k€ à un taux d’emprunt de 7,5 %. « En plus de l’accompagnement des banques, cela nous permettra d’engager et d’équiper d’un démonstrateur deux à cinq agents commerciaux. » Un agent a déjà été recruté pour renforcer l’équipe commerciale interne. Aujourd’hui, Cottos Médical emploie 7 salariés, en plus de Benjamin Cosse, seul associé actif. D’ici à 2020, la startup, accompagnée par Angers Loire développement, prévoit 15 recrutements.

 

LEVÉE DE FONDS

En décembre 2016, la startup avait déjà levé 200 k€ auprès de Françoise Horreau, rejoignant ainsi les quatre fondateurs aux profils complémentaires. « D’ici quelques semaines, l’École nationale Supérieure d’Arts et Métiers entrera aussi à notre tour de table », précise Benjamin Cosse. La startup a jusqu’ici essentiellement financé sa R&D en fonds propres. Dans ses projets, elle entend développer d’autres fonctionnalités autour de Cycléo, se positionner à l’export et financer la R&D médicale et technologique pour d’autres dispositifs. Et commence à réfléchir à une levée de fonds plus importante de l’ordre de 500 k€.

Lire l’intégralité de l’article